L'édito du mois

Quand le mythe rejoint la réalité

 

Quand le mythe rejoint la réalité

Aucun de nous n’aura été insensible à la couverture de notre Auta du mois de mai qui représente un épisode fameux de la Bible et va donner naissance à un mythe.
Une jeune veuve, Judith, libère sa ville de Béthulie en Israël, assiégée par les Assyriens, en séduisant puis décapitant leur général, Holopherne, endormi ivre auprès d’elle dans sa tente, après un banquet.
Judith est une tentatrice mais c’est sur injonction divine et non par dessein luxurieux qu’elle a usé de son pouvoir de séduction. Sa mission est de libérer Béthulie de son bourreau. Toute ressemblance avec Eve, dont l’entreprise de séduction a provoqué le chaos est à bannir.

Son héroïsme et sa vertu vont être mis en avant et magnifiés, notamment dans le livre de Judith réputé avoir été écrit au IIe siècle de notre ère. Mais ce récit va donner lieu à des interprétations divergentes de la part des exégètes des religions juives et chrétiennes, entre autres sur la question de la véracité historique du récit.

Au concile de Trente l’Église va prendre une position officielle en faisant entrer le livre de Judith dans le canon de l’Église catholique, contrairement aux protestants qui le rejetteront, le trouvant trop « romancé » et trop en lien avec le culte marial qu’ils rejettent.

Cette remise à l’honneur du livre de Judith va inspirer les artistes de la Contre-Réforme. Dans sa divine comédie, Dante installera Judith dans son paradis aux côtés de la Vierge et Holopherne en enfer ; Caravage peindra également la scène biblique.
Un tableau, qui lui est officiellement attribué se trouve à Rome, un autre, dont l’attribution n’est pas avérée à ce jour, se trouve à Naples, le troisième, dont l’attribution nourrit un débat acharné est celui qui nous occupe, dénommé par la communauté du monde de l’art « la Judith de Toulouse ».
Décidemment, Judith n’a pas fini de susciter de l’intérêt et la controverse. On constate avec étonnement que, de la même façon que les exégètes des textes sacrés se sont divisés autrefois sur la canonicité de Judith, les experts continuent aujourd’hui de s’affronter sur l’attribution au Caravage du tableau de celle que l’on appelle désormais « la Judith de Toulouse ».

C’est cette aventure que nous raconte l’article « Les coulisses de l’exploit » sous la plume de Me Labarbe, commissaire-priseur découvreur du tableau.

A quand un concile vertueux pour mettre un terme à ce thriller haletant ?

Bonne lecture

Aline Tomasin

L'Auta sur Gallica

L'Auta a été numérisé par la BNF. Les numéro sont consultables à l'adresse :

http://gallica.bnf.fr/

Rejoignez-nous

  • pour 1 an (calendrier) : 39 € (pour 10 numéros) - Le numéro : 5 € 
  • Adhésions pour les étudiants avec abonnement à L'Auta : 22 €
    Onglet Adhérez - Télécharger le bulletin
  • Faites un don !

L'AUTA mai 2021

SOMMAIRE

  • Quand le mythe rejoint la réalité - A. Tomasin
  • les coulisses de l'exploit - M. Labarbe
  • Petit écho de la période de mai 68 à Toulouse - F. Alflallo
  • La vie toulousaine de la famille Labouche - S. Bouiller
  • Céramique d'Ardus - J.-P. Suzzoni
  • Comment a disparu le château archiépiscopal de Balma ? - J. Frexinos
  • Les Dames des Jeux floraux - A. de Pérignon
  • Vie de l'association - A. Tomasin