L'édito du mois

Notre cher musée
Le mois de janvier est passé, marqué par les fêtes autour de la traditionnelle galette des rois, qui, comme chacun le sait, est dans nos régions du sud une brioche en forme de couronne garnie ou non de fruits confits. On a souhaité des voeux de bonne année à nos proches, nous en avons formulés pour nous-mêmes en espérant les voir exaucés.
Pour nous, Toulousains de Toulouse, je souhaite que se concrétise en 2024 le projet de réaménagement de notre musée. Ce projet est prêt à démarrer. Le permis de construire a été accordé et l’avant-projet détaillé remis. Cette opération est la suite logique de l’étude du projet scientifique et culturel du Musée du Vieux- Toulouse que nous avons achevé en 2023.
Ce travail a mis l’accent sur les atouts de l’hôtel qui l’abrite et dont nous sommes les heureux propriétaires : sa situation dans la ville, la beauté de son architecture, le potentiel d’utilisation des espaces autres que ceux occupés par les salles d’exposition du musée. Mais il a également pointé des faiblesses notamment au niveau de l’accueil du public.
Concernant le musée, il a mis en évidence la qualité de nos collections mais a noté l’insuffisance en surface des espaces actuels pour en permettre la mise en valeur. L’inexistence d’un espace accueil/boutique a également été pointé comme un élément très pénalisant pour une bonne exploitation du musée.
Le projet dont nous comptons lancer les travaux en 2024 a donc pour but de résorber les points faibles les plus importants soulignés par le projet scientifique et culturel du musée : installation d’un accueil pour les visiteurs du musée et les usagers de nos espaces ; aménagement des caves qui courent sous la façade Est de l’hôtel ce qui aura pour effet d’agrandir de 50% l’espace d’exposition permanente de nos collections Ce nouvel espace sera connecté avec l’espace d’accueil/boutique installé au rez-de-chaussée de cette même aile. Il sera le point de départ de la visite qui se continuera dans les espaces habituels du premier étage.
Au-delà de la correction des insuffisances constatées le projet nous permettra d’assurer le futur du musée et de mieux nous positionner dans l’offre muséale du territoire. Il contribuera aussi à assurer, par ricochet, la pérennité de notre association. Le projet dont nous venons d’exposer brièvement le contenu et les ambitions se chiffre pour la partie gros-oeuvre à 730 000 euros. Il s’étalera sur 2024 et 2025.

Nous recherchons bien entendu des financements auprès de partenaires institutionnels, mais il n’est pas exclu que nous ayons recours,
chers sociétaires, à votre générosité… Je vous souhaite une bonne lecture de notre Auta du mois.


Aline Tomasin