L'édito du mois

Mai 2022
Allocution présidentielle


Chers Sociétaires,
Le bilan de l’année 2021 qui vient de s’écouler et que vous découvrirez dans le rapport moral qui va vous être présenté par notre secrétaire général est contrasté.
Commençons par le moins réjouissant : les effets induits de la présence tenace de l’épidémie de COVID. Pour ce qui est de notre musée, il ne fallait pas s’attendre au retour d’une année au plein rendement de la fréquentation. Cela s’est malheureusement vérifié. Mais nous n’avons pas été les seuls à avoir été touchés. Le problème de la baisse de fréquentation a été partagé sur le plan national par tous les musées et les monuments ouverts à la visite. Ceux qui, comme nous, comptent parmi leurs visiteurs une forte proportion d’étrangers ont été particulièrement impactés par les mesures de restriction des déplacements faites, à juste titre, pour tenter de maîtriser la propagation de l’épidémie. Dans ce contexte difficile, nos bénévoles ont été au rendez-vous dès la réouverture du musée. Leur engagement et leur fidélité on fait que, malgré tout, l’année 2021 a été moins catastrophique que l’année 2020 même si nous n’avons pas rattrapé la fréquentation d’avant la première année de mesures sanitaires COVID. Et ceci pose problème, car les recettes des entrées et de la boutique sont une source de revenus indispensable pour assumer les charges de fonctionnement d’une structure privée comme la nôtre. La chute de la fréquentation, ajoutée à celle subie en 2020, a, par accumulation, pesé plus lourdement encore sur notre trésorerie de 2021. D’autant que cette année-là, la chute des recettes s’est accompagnée de la baisse de 50% de la subvention que la mairie nous octroie depuis 1999 sur la base d’une convention pour le fonctionnement de notre musée et qu’elle ne nous a pas alloué, comme en 2020, de prime COVID de compensation.
Nous nous trouvons donc en déficit. Dans ce panorama plutôt sombre concernant l’activité de notre musée, une petite lueur et peut être un point positif : le rajeunissement de notre public de visiteurs venant souvent en famille. Cela traduit-il une tendance nouvelle, un effet positif inattendu de l’épidémie ? Ce serait bien, mais il est trop tôt pour le dire.

Les autres activités de l’Association ont également été à la peine. Les mesures sanitaires nous ont conduits à annuler la plupart de nos conférences et de nos sorties dont notre sortie annuelle, source de partage et de convivialité. Ceci nous a privés des moments d’échange avec nos adhérents. Cette frustration a généré un rebond inattendu à la réouverture des visites du dernier trimestre. Nous n’en voulons pour preuve que l’engouement qu’elles ont généré. Nous avons refusé du monde et il a fallu doubler, voire tripler toutes les visites pour satisfaire la demande. Cet appétit ne se dément pas pour l’instant en 2022 et cela nous réjouit. S’il était utile d’aborder les aspects négatifs de l’année 2021, il ne l’est pas moins d’évoquer le côté positifs de nos activités. Et ils sont nombreux !
2021 a vu le lancement du projet de restauration des caves voutées de notre hôtel. C’est un espace actuellement délaissé mais intéressant à plusieurs égards.
D’abord celui de représenter une architecture qui traduit l’histoire des bâtiments et celle de la mise en oeuvre du matériau fétiche de la ville et du Midi toulousains : la brique. Ensuite, celui d’offrir des espaces qui vont dégager 60% d’espaces supplémentaires pour le musée, l’emmenant ainsi à enrichir l’exposition permanente, à refondre le parcours de visite et à aménager un accueil avec un espace boutique. La réalisation de ce projet ambitieux répond aux objectifs définis dans le projet scientifique et culturel du musée. Mieux raconter l’histoire de Toulouse et du Midi toulousain à partir de nos collections ; mieux s’intégrer dans l’offre muséale du territoire ; renforcer les liens avec les autres musées etc…
Elle s’inscrit dans la logique du projet que nous développons depuis quelques années : l’ouverture de nos espaces au public. Ce souci de rencontrer le public nous a conduits, en 2021, à poursuivre l’accueil de manifestations culturelles telles que « le marathon des mots » ; « Passe ton Bach d’abord » déjà accueillies régulièrement depuis quelques années et à l’augmenter d’autres, nouvelles, que vous découvrirez dans le rapport moral que notre secrétaire général va vous présenter. C’est également cette envie que nous retrouvons dans notre exposition d’été consacrée au pastelliste Gabriel Durand, largement représenté dans nos collections.
Au-delà de l’accueil dans nos espaces, nous avons voulu également aller à la rencontre des publics hors les murs. 2021 a été l’année pleine de l’émission hebdomadaire « chroniques du Pays toulousains » que nous produisons sur Radio présence. Elle nous permet de raconter l’histoire de Toulouse et du Midi toulousain et offre l’opportunité de valoriser oralement auprès de publics que nous ne comptons pas parmi nos adhérents le contenu de L’Auta, dont les ressources sont aussi riches que diverses et que nous avons, sans faillir, publié tout au long de l’année.
L’année 2021 a-t-elle été fructueuse ? Oui sur le plan des projets aboutis, non sur le plan des finances ! Je terminerai mon propos en soulignant que tout ce que nous venons d’évoquer n’aurait pas pu se réaliser sans les concours généreux de nos bénévoles, des rédacteurs de notre Auta et sans l’intervention financière de nos partenaires institutionnels : le Conseil Départemental de la Haute- Garonne ; l’État ; la Région Occitanie, la Ville de Toulouse.
Qu’ils soient tous remerciés pour leur aide et leur engagement.
Je vous remercie pour votre attention.

Aline Tomasin

 

L'Auta sur Gallica

L'Auta a été numérisé par la BNF. Les numéro sont consultables à l'adresse :

http://gallica.bnf.fr/

Rejoignez-nous

  • pour 1 an (calendrier) : 39 € (pour 10 numéros) - Le numéro : 5 € 
  • Adhésions pour les étudiants avec abonnement à L'Auta : 22 €
    Onglet Adhérez - Télécharger le bulletin
  • Faites un don !

L'AUTA mai 2022

SOMMAIRE

  • Allocution présidentielle • Aline Tomasin
  • Rapport moral • Françoise Peyré
  • Rapport financier • Josett e Bélaval • Véronique Godon
  • Convocation à l’AG • Françoise Peyré • Aline Tomasin
  • Les garages automobiles toulousains de la Belle Époque (1890-1914) • Johan Bories
  • Falguière, sculpteur de Gambetta (1838-1882) • Philippe Laporte
  • Daniel SORANO (1920-1962-2022) • Laurent Nadal
  • L’élection présidentielle… de 1965 • Jacques Griffon
  • Quand le marquis de Seignelay visitait Toulouse (1670) • Gérard Crevon
  • Addendum l