L'édito du mois

Entre mémoire et nostalgie

Convoquer la mémoire n'a pas forcément pour effet d'inviter la nostalgie qui amène inévitablement au : «c'était mieux avant »...!
Lancer une passerelle entre le passé et le présent traduit au contraire la volonté d'introduire la valeur du temps dans notre rapport à l'histoire. Introduire cette distance vise à nous nourrir, à aiguiser notre esprit critique envers les évènements présents ou passés et à relever des similitudes comme des évolutions de comportement entre hier et aujourd’hui.
C'est dans ce contexte que l’auta de ce mois-ci nous propose un voyage dans le temps qui embrasse, comme vous la mémoire des hommes et celle des lieux.

Vous découvrirez sans doute des similitudes avec la situation actuelle des artistes en découvrant la vie du peintre Gamelin. Les protagonistes du monde de l'art de son époque ne ressemblent-ils pas à ceux du monde de l'art d'aujourd'hui ? Et les choix malheureux faits par ce grand artiste talentueux et qui le relègueront, de son vivant, dans une notoriété trop confidentielle (fort heureusement compensée aujourd’hui) ne produisent ils pas les mêmes effets sur les artistes d'aujourd'hui ?
Nous retrouverons ces mêmes constantes dans la biographie d'un toulousain célèbre, Félix Durrbach. Vous serez nombreux à découvrir ou à retrouver la personnalité de cet Alsacien d’origine, grand intellectuel, qui s’établira par choix personnel à Toulouse et marquera de son empreinte le milieu universitaire des lettres et des arts à Toulouse et au-delà.

L’évocation du lycée Pierre de Fermat pendant l’occupation va, quant à elle, nous conduire à observer des changements de comportement dans notre perception du patrimoine. Au-delà de la description des lieux et des ambiances, le récit nous conduit à mesurer l’évolution du rapport à ce lieu au fil des travaux qui ont permis sa renaissance…au détriment des espaces de détente des lycéens… Qui, aujourd’hui, parmi les plus anciens élèves de Fermat oserait « tirer au but » entre les colonnes du cloître ? Pourtant ceux qui l’on fait (et ils sont encore nombreux) n’étaient pas des iconoclastes !

Vous découvrirez enfin, comme nous, un document exceptionnel découvert par hasard dans les archives départementales du Gers sur les circonstances de la mort du fils de Jean Calas relatées par un témoin direct. A méditer…,mais je n’en dirai pas davantage.
Bonne lecture


Aline Tomasin

L'Auta sur Gallica

L'Auta a été numérisé par la BNF. Les numéro sont consultables à l'adresse :

http://gallica.bnf.fr/

Rejoignez-nous

  • pour 1 an (calendrier) : 39 € (pour 10 numéros) - Le numéro : 5 € (Attention la cotisation passe à 39 € en 2019)
  • Adhésions pour les étudiants avec abonnement à L'Auta : 22 €
    Onglet Adhérez - Télécharger le bulletin
  • Faites un don !

L'AUTA novembre 2020

SOMMAIRE

  • Entre mémoire et nostalgie - A. Tomasin
  • Jacques Gamelin - J. Frexinos
  • Au ycée de garçons de Toulouse dans la France Occupée - G. Mailhos
  • Félix Dûrrbach, helléniste et doyen de la Faculté de Lettres de Toulouse - G. Bessis
  • Un petit dessin, ou la peinture troubadour à Toulouse au XIXe siècle - M.-G. Beaux-Laffon
  • En feuilletant Le Petit Journal - L. Remplon
  • A propos de l'Affaire Calas - P. d'Argaignon
  • Toulouse... Hier... La chapelle Saint-Jammes de Bezaucelle et arbre tutélaire - J.-P. Suzzoni
  • In Memoriam Anne-Marie Félix
  • de Saint-Martin du Touch à la station Jean-Maga